• Exercice Conscience Janvier 2017

     

    Exercice Maitri

     

    Pack étudiant spirituel

    « Avoir l’Esprit Universel »

    Janvier 2017

     

     

    Exercice Conscience Janvier 2017

     

     

    Connaissance et perfectionnement

     

    C’est en prenant conscience de la perfection, que nous prenons conscience de la connaissance.

     

    La perfection d’un être ou d’une chose est caractérisée par toutes les qualités parfaites qu’elle manifeste et surtout par son absence totale de défaut. Mais, cette perfection n’est possible qu’au bout d’un long cheminement, à terme d’un enrichissement croissant et d’un dépouillement de tous les voiles qui pourraient la tâcher ou la dénaturer. Quand, nous sommes témoin de cette clarté évidente, de cette beauté manifeste, de cette révélation faite d’authenticité, nous restons sans voix. Il n’y a plus rien à dire parce que la chose est parfaite. Lorsque l’image est purifiée entièrement, nous nous demandons comment arriver à cette excellence, à cette beauté parfaite, à cette grandeur d’âme extraordinaire? A ce moment précis, nous saisissons tout le travail de perfectionnement qui à été réalisé en amont de cet idéal. Tout à coup, tous les efforts déployés pour amasser cette manne de connaissance et tout le temps nécessaire à l’achèvement de cette œuvre, prennent leurs sens. Le dénouement de la perfection s’étale royalement dans toute sa majesté. Un cocktail d’informations multiples, d’études poussés à leur maximum, de pratiques et d’enseignements cultivés à leur sommet donnent lieu à toute une partie de connaissance. Ce savoir est immense, profond, inné, visible et invisible, magique et audacieux. L’imperfection fait pourtant partie intégrante de la pureté de cet être extraordinaire. Mais, ne devient pas « beauté parfaite » celui qui avance trop vite, loupe des étapes, ou anticipe les résultats de sa progression. Chaque escale est importante, révélatrice de mystères, porteuse de sens et délivrance des essences essentielles contenues dans l’expérience. Le lotus aux mille pétales s’épanouis progressivement à l’image du casque représentant la chevelure du Bouddha sur les statues. Le choc des différentes cultures n’accueille parfois pas la naïveté de l’élève. De sa base fondamentale jusqu'à la plus subtile bonification, l’amélioration de l’élu est gagnée par la force de la détermination. Encore, faut-il que les êtres soient prêt à accueillir cette perfection en leurs esprits, encore faut-il que le monde soit prêt à entendre des révélations fulgurantes, encore faut-il que la conscience collective soit suffisamment développée pour que le miracle se manifeste pleinement. Nous dépendons tous les uns vis-à-vis des autres, et le possible n’est que le résultat d’une longue chaîne de conditions. Bien sûr, il y aura toujours une poignée d’êtres qui regarderont la vase au fond du verre de l’océan de la vie plutôt que la lumière produite par le bienheureux qu’ils viennent de croiser. Il y aura toujours aussi ceux qui contempleront la fleur de lotus qui progresse avec sagesse vers la beauté de l’éternité. Parce que le perfectionnement dépasse les trois temps que sont le passé, le présent et l’avenir. Atteindre à la perfection est déjà en soi une réussite exceptionnelle. Il faut garder à l’esprit que les bienheureux grandissent tous dans l’ombre, qu’ils ont leurs secrets qui ne sauraient être révélés, qu’ils ont tous eu des défauts de parcours avec leur entourage, qu’ils ont surmontés des difficultés énormes au commun des mortels, qu’ils peuvent altéré certaines aspérités jusqu’à un certain point et que l’humanité sombre toujours dans le néant un certain moment de l’histoire. C’est l’imperfection qui  oblige à s’activer et réagir face à une menace extrême. Même si, la perfection est partout, de tout temps, elle montre la voie de la clarté en éclairant la conscience des êtres. Elle peut se faire « voleuse » pour montrer des vérités, elle peut  être « contraste » pour montrer l’opposition, elle peut être « miroir » dans lequel certains êtres y verront leur vraie beauté, elle peut être « manque » pour s’extraire d’une situation négative, elle peut être « disparition » pour créer besoin, elle peut être  « rupture » pour ne plus être touchée. Elle peut aussi « se perdre à en mourir » pour réveiller la vie. La plupart du temps, les êtres s’inventent des « besoins » qu’ils n’ont pas et passent à côté de leurs carences essentielles. La perfection prend donc plusieurs visages pour arriver là où les êtres en ont vraiment besoin. Néanmoins, la perfection ne se transmet qu’à celui qui est prêt à la recevoir. Dans le mystère, toutes les ombres sont utiles et doivent continuer d’exister dans le secret. Notre passé est notre ADN. Notre conscience est ce réservoir. Ce savoir ancestral est essentiel pour comprendre l’histoire de chacun. En s’appuyant pleinement sur cette base, l’être peut avancer sereinement vers son futur. Bien sûr, que nous ne pouvons pas changer ce passé mais nous devons le « saisir » pour le comprendre et nous en affranchir. Un peu comme si une femme « retrouvait » la mémoire après 2500 ans d’absence. Cette mémoire lui ferait défaut parce qu’elle serait « absente », fragmentée et dispersée au fond d’elle-même. Obligeant celle-ci à la chercher, et à la retrouvée coûte que coûte. La mémoire est comme un stupa, elle agit en nous, à notre insu, pour retrouver son essence. Alors seulement, elle peut donner un sens à cette nouvelle vie offerte. La réincarnation est une question de culture fraternelle. La perfection se perfectionne au cours de multiples vies. Elle à vraiment « besoin » de prendre son temps, de vivre des expériences, du côté de la lumière comme du côté de l’ombre, de comprendre le plein fonctionnement de tout, de jouer et jouir de la vie, de dépasser ses erreurs, de pardonner les fautes, de se positionner pour BIEN-être. Parfois, le plus difficile est de dépasser l’ombre des connaisseurs qui recouvrent la vérité à leur insu. Pour cela, il faut être capable de saisir les messages envoyés par « la conscience qui sait » en faisant « confiance » à cet instinct primaire acquit antérieurement. Rester droit en étant pleinement conscient que ses actes où son comportement peuvent « choquer » parce qu’ils sont dictés par une conscience purifiée dans les vies précédentes. Mettre de la lumière sur une image transforme la vision, offre une autre interprétation, et dévoile certains mystères. Chacun peut se nourrir suivant son degré de conscience. La conscience ne peut pas « être ternie » par quoi que ce soit, par des blablas sans substance, des reproches sans fondement, où des fautes vide de sens. Quand la terre est en danger, que la foi en l’enseignement est menacé, et que certains êtres continuent leurs méfaits « sans conscience » du danger, il faut arrêter de « pardonner » afin d’éviter que les erreurs continuent.  Mettre le doigt sur le problème, là où se situe la douleur, en décelant la maladie, offre le choix de la guérison. L’imperfection fait partie de l’ouvrage qui prend tout son sens quand l’œuvre est achevée. Dans la construction du perfectionnement, l’ombre et la lumière jouent ensemble pour que l’amour et la trahison se comprennent, pour qu’une purification s’effectue au cœur de la malveillance, pour que les passions se tarissent et que l’amour inconditionnel trouve sa juste place. Telle une édification, le perfectionnement s’intensifie dans le renoncement, trouvant un sens à l’idéal divin, corrigeant ses imperfections, embellissant sa création, s’affranchissant des limites de l’esprit, épousant les connaissants, tout en libérant la lumière de la conscience.  La haine est une absence d’amour. La haine est surtout de l’attachement pour ce que l’autre représente. Mais l’amour est aussi de la passion dévorante, du désir intense, de la possession maladive, un empêchement envers l’autre d’être lui-même. Quand enfin cette enveloppe tombe véritablement, qu’elle est sans substance, sans contour, ni forme, ni espace, ni rien qu’un vide, qu’elle est juste de l’amour pur, elle devient éclaircissement. Ce dépouillement est « conscience » car l’être est avant tout, la perfection divine incarnée, vide de tout « soi ». Sans attache et dépouillé du superflu, l’être est léger comme une plume, libre comme l’air, s’envole et survole la vie, aidant les autres à prendre leur envol aussi. Du plus bas des niveaux de conscience aux plus hauts, certains idéaux peuvent « être » dans tous les étages, sans subir aucune altération. Cette éclaircie se manifeste uniquement quand l’intellectualisation des choses est dépassée, que la connaissance est tellement sublimée, qu’elle en devient « pur instinct ». Alors seulement les choses se produisent le plus naturellement du monde, dans un geste complètement « parfait ». C’est tout simplement une restitution de l’acte suprême de perfection, qui renvoie fidèlement la copie conforme de la complémentarité. Un geste parfait répond toujours à une problématique soulevée, souvent en plusieurs actes, parfois en un quart de seconde. Afin que l’amour trouve sa juste place dans le mandala, encore faut-il qu’une place lui soit octroyé. Et franchement, actuellement, y-a-t-il une place pour ce « tutélaire » dans le cœur des êtres, pour ce « sauveur » dans le cœur des psychologues, pour ce « refuge » dans le cœur des bouddhistes, pour ce « bienfaiteur » dans le cœur des bourreaux, pour ce « rempart » dans le cœur des fidèles, pour ce « libérateur » dans le cœur des au-delà du par-delà, pour ce « défenseur » dans le cœur des justes, pour ce « messie » dans le cœur des religions, et pour ce « protecteur » dans le cœur des opprimés ? Seule l’histoire pourra nous répondre, parce qu’aujourd’hui « personne » ne le sait véritablement ! Le futur n’est pas encore « écrit » heureusement !

     


     

    Exercice

     

    Prendre conscience des choses est un exercice pour ouvrir notre esprit sur des choses qui lui sont totalement étrangères. Mais, cette ouverture peut se produire de multiples façons. Parfois cette prise de conscience est facile et salutaire,  mais la plupart du temps, elle est difficile et obligatoire.  Notre conscience individuelle ou collective à parfois besoin d’éclaircissements violents pour résoudre les adéquations de la vie. Il faut dire que la conscience n’est pas dualitaire mais qu’elle essaie toujours de trouver l’unité dans toutes les circonstances. En préparant notre conscience, en la guidant sur le chemin de la découverte et de l’évolution, en l’aidant avec des exercices appropriés, nous l’éduquons. Ainsi, les prises de consciences deviennent beaucoup plus douces, et beaucoup plus adaptés à notre mode de vie.

     

    Lisez toutes les questions et laissez les agir quelques minutes en vous. Puis, faites un résumé de 10 lignes minimum pour répondre à chaque question. Laissez mariner quelques jours, puis relisez-vous, pour comprendre ou vous en êtes maintenant, dans la prise de conscience de cet exercice. Vous pouvez refaire celui-ci dans un mois, puis dans quelques mois, afin de voir ou en est votre évolution sur le sujet. Quand nous ouvrons une porte à l’esprit, il continue sa progression dans toute la pièce, souvent à notre insu.

     

    Voici les questions

     

    De quelle manière glanez-vous les connaissances qui perfectionnent votre « soi » :

     

    1/ En ce qui concerne le perfectionnement de votre foi où confiance en soi ?

    2/ En ce qui concerne le perfectionnement de votre amour bienveillant ?  

    3/ En ce qui concerne le perfectionnement de votre sagesse intérieure ?

    4/ En ce qui concerne le perfectionnement de votre pratique de la méditation ?

    5/ En ce qui concerne le perfectionnement de votre joie intérieure ?

    6/ En ce qui concerne le perfectionnement de votre conscience individuelle ?

    7/ En ce qui concerne le perfectionnement de votre moralité ?

    8/ En ce qui concerne le perfectionnement du développement de vos qualités ?

    9/ En ce qui concerne le perfectionnement de votre fraternité ? 

    10/ En ce qui concerne le perfectionnement et la préservation de votre corps où véhicule matériel ?

     

    La connaissance est multiple et à plusieurs sens. Alors que le perfectionnement est unique. Se perfectionner est une belle manière d’acquérir plus de connaissance, donc plus de sagesse, plus de foi, plus de qualités et de développer ainsi plus de conscience.  


     

    Très belle « prise de conscience »

     

    Recevez cher étudiant de la Conscience Universelle, toute mon Amitié Bienveillante et salutaire.

    Je vous aime infiniment, je vous aime infiniment, je vous aime infiniment

    Véronique-Arlette

    Namasté  

     

    Extrait des Packs étudiants ©Véronique-Arlette

    Livre protégé par un Copyright intégrant le texte et les images

     

    ¯˜ « *°•**•°* »˜¯ 

     

     

    « Exercice méditatif janvier 2017Rappel de la méditation de pleine lune du 12 janvier 2017 »
    Partager via Gmail Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :